Étude : les charges et impôts des freelances en Europe de l’ouest (Union Européenne)

-

Qu’on hésite à se lancer ou qu’on soit lancé depuis plusieurs années, le freelance ou aspirant freelance se pose la question des charges et autres impôts. En effet c’est important car un salarié n’a presque rien à gérer de ce côté là : l’employeur gère les charges sociales et l’impôt est prélevé à la source automatiquement. Le travailleur indépendant lui doit gérer cet aspect et il nous est parfois difficile d’y voir clair.

En tant que freelance nous faisons très attention au côté financier de notre activité. Il y a 2 leviers pour optimiser sa rémunération : gagner plus et payer moins de charges. En France il existe beaucoup de statut (micro-entreprise, EI et les sociétés). Après pas mal de recherches, globalement, sans montage et investissement le résultat est à peu près toujours le même.

Mais en tant que freelance, nous sommes généralement libres géographiquement (surtout avec l’essor du télétravail) et il peut être intéressant de comparer notre situation avec celle de nos voisins d’Europe. J’ai donc décidé de mener ma petite étude pour comparer la France a ses voisins.

J’ai décidé de comparer la France à ses voisins sur les 2 plus grosses taxes que sont :

  • Les cotisations sociales : les cotisations sociales servent généralement à cotiser à la sécurité sociale et à la retraite ;
  • L’impôt sur le revenu : impôt que l’on paye du moment que l’on est résident fiscal du pays et qui sert donc au fonctionnement du pays.
- Formation -formation seo

je n’ai pas comparé des montages complexes en société. J’ai donc analysé la situation d’un freelance ayant un statut de travailler indépendant. Tous les pays ont un statut similaire à celui d’entrepreneur individuel en France.

Pourquoi cette étude ?

Ma motivation première n’était pas de démontrer quoi que ce soit ou de pousser quiconque à quitter la France. Premièrement il faut savoir qu’il n’est pas question ici d’évasion fiscale : si vous désirez travailler en-dehors de la France il faudra respecter quelques règles pour être résident fiscal dans votre pays d’accueil et donc payer vos impôts et cotisations là-bas. Néanmoins en tant que freelance nous avons une certaine liberté géographique et rien ne nous empêcher de travailler ailleurs : l’aspect fiscal peut entrer dans la balance.

Ma deuxième motivation était de vérifier si la France était vraiment le « pire pays » d’un point de vue fiscal car c’est souvent ce que l’on entend. Savoir quelle serait notre situation dans un pays voisin (donc très comparable à la France) peut aussi nous ouvrir un autre regard sur notre pays.

Liste des pays comparés dans l’étude

Je ferai sûrement évoluer la liste mais voici la liste des pays que j’ai voulu comparer :

  • France
  • Belgique
  • Portugal
  • Espagne
  • Italie
  • Allemagne
  • Irlande
  • Pays-Bas
  • Luxembourg

Ce qu’ils ont en commun : ils sont en europe de l’Ouest et fans l’union européenne. Je n’ai pas inclus le Royaume-Uni car il est sortit de l’UE et n’a pas la même devise. Je n’ai pas non plus intégré certains états comme Andorre (hors UE), Luxembourg, Malte (mais je pourrais l’ajouter).

Il faut aussi savoir que certaines régions (notamment des îles) qui appartiennent au Portugal ou à l’Espagne ont des régimes fiscaux spéciaux. Dans mon étude j’ai comparé les situations et taxes classiques sans optimisation. D’une part car ça me semble plus réaliste (difficile de se voir vivre 10 ans sur une île) et moins dangereux (difficile de convaincre certains clients de travailler avec nous depuis des « paradis fiscaux »).

Comparatif des taxes et impôts pour une freelance France, Belgique, Portugal, Espagne, Italie, Allemagne et Irlande

Je vais donc à présent vous présenter les cotisations sociales et impôts sur le revenu pour un freelance basé en France, Belgique, Portugal, Espagne, Italie, Allemagne et en Irlande. Je ferai également une petite simulation pour un freelance générant un chiffre d’affaires de 100.000€ HT. C’est un beau revenu pour un freelance mais c’est avec ce type de revenus qu’on regarde un peu ce qui se fait ailleurs. Je considère que le freelance est en prestation de service (profession libérale non réglementée) et qu’il a peu voire pas de charges (un PC quoi …).

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un freelance en France

Commençons par la France. En France nous avons la chance d’avoir le statut de micro-entrepreneur. Ce statut nous offre des cotisations sociales très basses : 22%. Malheureusement ce statut a un plafond de chiffre d’affaires : il ne faut pas dépasser 72600€ et donc mon freelance gagnant 100.000€ ne peut pas bénéficier de ce régime à long termes.

Il devra donc passer au régime de l’Entrepreneur Individuel (EI) et là les cotisations sociales donc de 45%. Attention, pas 45% du CA, le calcul serait trop simple ! S’il veut se verser 100€ il devra sortir 145€ (45%), ses cotisations sont donc 31% en vérité.

Les cotisations sociales du freelance en France s’élèvent donc à 31000€.

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 69000€. Maintenant, il doit encore payer son impôt sur le revenu.

En France, l’impôt sur le revenu est progressif :

  • Jusqu’à 10225€ -> 0%
  • De 10226€ à 26070€ -> 11%
  • De 26071€ à 74545€ -> 30%
  • De 74546€ à 160336€ -> 41%
  • Plus de 160336 € -> 45%

L’impôt sur le revenu de notre indépendant en France sera donc de 14621,54€. Il lui restera donc 54378,46€.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 45% de ce qu’il a facturé à ses clients.

Attention : le calcul peut être partiellement faux car les cotisations sociales en France sont extrêmement complexes. Le site lecoindesentrepreneurs.fr détaille les cotisations et dans sa simulation, pour un revenu de 100000€ estime les cotisations sociales à 38%.

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un travailleur indépendant en Belgique

En Belgique, les cotisations sociales fonctionnent par tranches : 20,5% par an s’applique sur la tranche de revenus allant de 0€ à 63297,86€ et 14,16% sur la tranche allant de 63297,87€ à 93281,02€. Au-delà, la cotisation maximale est de 4479,79€ (par trimestre).

Notre freelance payera donc la cotisations maximales mais on remarque qu’en Belgique les cotisations sociales « baissent » en fonction du revenu et surtout elles ont une limite.

Les cotisations sociales du freelance en Belgique s’élèvent donc à 17919,16€.

Source : ucm.be

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 82080,84€. Plutôt sympa comparé à la France non 🙂 ? Attendez un peu avant de faire vos valises. Maintenant, il doit encore payer son impôt sur le revenu.

En Belgique aussi, l’impôt sur le revenu est progressif :

  • Jusqu’à 13540€ -> 25%
  • De 13540 à 23900€ -> 40%
  • De 23900 à 41360€ -> 45%
  • Plus de 41360€ -> 50%

Là déjà vous vous dîtes que les belges taxent dès le premier euro et à 25% en plus ! C’est vrai et ça pique.

L’impôt sur le revenu de notre indépendant en Belgique sera donc de 35746,40€. Il lui restera donc 46334,42€. Beaucoup moins qu’en France en effet.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 54% de ce qu’il a facturé à ses clients.

On entend souvent que les fortunes françaises partent d’exiler en Belgique, vous devez donc vous demander pourquoi ? La raison est simple : la Belgique est très avantageuse pour les rentiers mais pas pour les travailleurs.

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un freelance au Portugal

Le Portugal est un incontournable aujourd’hui : le pays est très accueillant pour les étrangers d’un point de vue fiscal. Il existe bien entendu au Portugal un statut de travailleur indépendant et celui-ci a un plafond de chiffre d’affaires qui est de 200000€.

Les cotisations sociales au Portugal sont de 21,4% mais sont plafonnées, elles s’appliquent sur un revenu maximum de 5229,12€ / mois. au Portugal donc à un moment donné on arrête de cotiser.

Les cotisations sociales du freelance au Portugal s’élèvent donc à 13202,48€.

Source : expatica.com

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 86797,52€. Mieux que la France et la Belgique.

Pour l’impôt sur le revenu, le Portugal offre aux étrangers le fameux statut NHR qui ouvre le droit à un impôt sur le revenu « forfaitaire » et donc non progressif de 20%. Il faut aussi savoir que cet impôt est prélevé sur 75% du revenu de l’indépendant.

L’impôt sur le revenu de notre indépendant au Portugal sera donc de 13 019,62€. Il lui restera donc 73777,90€. Beaucoup plus qu’en France et qu’en Belgique.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 26% de ce qu’il a facturé à ses clients.

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un travailleur indépendant en Espagne

En Espagne, les cotisations sociales fonctionnent différemment, elles dépendent du revenu et ont un plafond que notre freelance atteint directement : 293,76€ / mois de cotisations sociales.

Les cotisations sociales du freelance en Espagne s’élèvent donc à 3525,12€.

Source : expatica.com

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 96474,88€. Autant dire que les cotisations sociales ne coûtent presque rien comparé aux précédents pays.

En Espagne, l’impôt sur le revenu est progressif :

  • Jusqu’à 12450€ -> 19%
  • De 12 451 à 20 200€ -> 24%
  • De 20 201 à 34 000€ -> 30%
  • De 34 001€ à 60 000€ -> 37%
  • De 60 001€ à 300 000€ -> 45%

On revient encore sur un pays qui prélève l’impôt sur le revenu dès le premier euro (c’est dur …).

L’impôt sur le revenu de notre travailleur indépendant en Espagne sera donc de 34397,83€. Il lui restera donc 62077,05€. C’est donc mieux qu’en France et qu’en Belgique grâce aux très faibles charges sociales, mais c’est moins bien qu’au Portugal à cause de l’impôt sur le revenu.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 38% de ce qu’il a facturé à ses clients.

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un freelance en Italie

En Italie les cotisations sociales sont assez un peu farfelues je trouve : 24,10% (3800€) jusqu’à 15710€, 23,10% de 15711€ à 46123€, 24,10% de 46123€ à 76872€ et 0% au-delà.

Les cotisations sociales du freelance en Italie s’élèvent donc à 18236€.

Source : ilcommercialistonline.it

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 81764€. L’Italie se place bien à ce niveau là.

En Italie, l’impôt sur le revenu est progressif :

  • Jusqu’à 15000€ -> 23%
  • de 15000 à 28000€ -> 27%
  • de 28000 à 55000€ -> 38%
  • de 55000 à 75000€ -> 41%
  • Plus de 75000€ -> 43%

L’impôt sur le revenu de notre freelance en Italie sera donc de 28329€. Il lui restera donc 53435€. C’est pas mal mais on voit que certains voisins font mieux, la France est même un peu meilleure pour le coup.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 46,5% de ce qu’il a facturé à ses clients.

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un freelance en Allemagne

Certains adorent, d’autres détestent … il faut vouloir aller vivre en Allemagne je l’avoue … ce n’est pas fait pour tout le monde mais il fallait inclure l’Allemagne au comparatif. En Allemagne les cotisations sociales sont assez obscures j’ai trouvé peu d’informations sur internet mais j’ai trouvé le chiffre de … 36% de cotisations sociales.

Les cotisations sociales de notre freelance en Allemagne s’élèvent donc à 36000€.

Source : expatica.com

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 64000€. L’Allemagne ne semble pas très accueillante à ce niveau là.

En Allemagne, l’impôt sur le revenu est progressif mais est encore une fois assez complexe :

  • Jusqu’à 9984€ -> 0%
  • De 9985€ à 14926€ -> entre 14% et 24% (Taux progressif) on prendra 19%
  • De 14927€ à 58596€ -> entre 24% et 42% (Taux progressif) on prendra 33%
  • De 58597€ à 277825€ -> 42%
  • Plus de 277826€ -> 45%

L’impôt sur le revenu de notre freelance en Allemagne sera donc de 17618,82€. Il lui restera donc 46381,18€. L’Allemagne est donc très proche de la Belgique au global.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 54% de ce qu’il a facturé à ses clients.

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un travailleur indépendant en Irlande

L’Irlande aussi il faut vouloir y vivre, mais c’est le pays de l’UE parfait pour améliorer son anglais et profiter du dynamisme de Dublin (notamment de tous les GAFA s’y trouvant). Les cotisations sociales en Irlande sont progressives : 4% + progressif moyenne 4,5%. En détails cela donne ça :

  • 0,5% de 0€ à 12012€
  • 2% de 12012,01€ à 21295€
  • 4,5% de 21295,01€ à 70044€
  • 8% de 70044,01€ à 100000€
  • 11% au-dessus de 100000€

Les cotisations sociales d’un indépendant gagnant 100000€ / an en Irlande s’élèvent donc à 8835,90€.

Source : cleiss.fr

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 91164,10€. C’est franchement pas mal.

En Irlande, l’impôt sur le revenu est par contre beaucoup plus simple qu’ailleurs :

  • Jusqu’à 35300€ -> 20%
  • Plus de 35300€ -> 40%

L’impôt sur le revenu de notre freelance en Irlande sera donc de 29405,24€. Il lui restera donc 61758,86€. On est proche de l’Espagne donc plutôt pas mal.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 38% de ce qu’il a facturé à ses clients.

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un travailleur indépendant aux Pays-Bas

La Hollande est un peu compliquée en matière de cotisations sociales. Le freelance payera une cotisation de 5,75 % pour l’assurance santé (ZVW). L’assiette de cette cotisation est plafonnée à 58311 € par an (en 2021). Cela fait un total de 3352,88€

Pour la retraite, c’est 17,90%, pour l’assurance survivants (ANW), c’est 0,10% et pour les soins de longue durée (WLZ), c’est 9,65%. Ces 3 dernières cotisations sont sur un plafond de 35129€.

Cela nous fait un total de 27.65% pour ces 3 dernières cotisations. 27.65% de 35129€ = 9713,17€

Notre freelance payera donc les cotisations maximale. Le plafond est donc très avantageux pour notre freelance, par contre il offre moins de droits forcément. Par exemple, pas de chômage (comme en France) et pas d’invalidité. Moins de cotisations = moins de droit, il n’y a pas de secret.

Les cotisations sociales du freelance aux Pays-Bas s’élèvent donc à 13066,05€. Cela représente 13.07% du revenu total de notre freelance gagnant 100000€.

Source : Cleiss

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 86933,95€. Plutôt sympa comparé à la France non 🙂 ? Attendez un peu avant de faire vos valises. Maintenant, il doit encore payer son impôt sur le revenu.

Aux Pays-Bas l’impôt sur le revenu est assez simple

  • Jusqu’à 68507€ -> 37,10%
  • Au-dessus de 68507€ -> 49,50%

C’est beaucoup ! Pour notre freelance cela représente 34537€ d’impôts sur le revenu ! Il lui restera donc 52396,95€.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 47,60% de ce qu’il a facturé à ses clients.

Il y a quand même un petit avantage fiscal pour les étrangers aux Pays-Bas permettant, pendant 8 ans, pour les professions les plus qualifiés, d’avoir un abattement fiscal de 30%. Cela signifie que vous ne payez l’impôt sur le revenu que sur 70% de votre revenu. Cela permettrait à notre freelance d’économiser 11960€ d’impôts ! Cela lui laisserait 64356,95€ de revenu, soit des prélèvements de 35,64% (donc mieux que l’Irlande ou l’Espagne). Mais il faut se renseigner, je ne suis pas sûr que tous les freelances y auraient droit.

Taxes, impôts, cotisations sociales pour un travailleur indépendant au Luxembourg

Le Luxembourg est un tout petit état composé de la ville de Luxembourg mais aussi d’une très belle campagne. Le coût de la vie est connue pour être très élevé là-bas, néanmoins, il me semble intéressant de l’ajouter au comparatif. Un travailleur indépendant a des cotisations sociales que l’on appelle « CCSS contributions » allant de 24% à 28%, dépendant de son revenu.

Prenant une moyenne de 26% (le calcul est compliqué), notre freelance au Luxembourg payera 26000€ de charges sociales.

Source : luxtime.lu

Donc une fois les cotisations payées, il lui reste 74000€. C’est comparable à la micro-entreprise française. Maintenant, il doit encore payer son impôt sur le revenu.

Au Luxembourg, l’impôt sur le revenu est progressif et il y a beaucoup plus de tranche que dans les autres pays du comparatif, il y en a en tout 23 ! C’est beaucoup plus juste (selon moi) mais beaucoup plus complexe à calculer, forcément … Voici les tranches (tirées du site du gouvernement) :

  • 0% pour la tranche de revenu inférieure à 11.265€
  • 8% pour la tranche de revenu comprise entre 11.265 et 13.137€
  • 9% pour la tranche de revenu comprise entre 13.137 et 15.009€
  • 10% pour la tranche de revenu comprise entre 15.009 et 16.881€
  • 11% pour la tranche de revenu comprise entre 16.881 et 18.753€
  • 12% pour la tranche de revenu comprise entre 18.753 et 20.625€
  • 14% pour la tranche de revenu comprise entre 20.625 et 22.569€
  • 16% pour la tranche de revenu comprise entre 22.569 et 24.513€
  • 18% pour la tranche de revenu comprise entre 24.513 et 26.457€
  • 20% pour la tranche de revenu comprise entre 26.457 et 28.401€
  • 22% pour la tranche de revenu comprise entre 28.401 et 30.345€
  • 24% pour la tranche de revenu comprise entre 30.345 et 32.289€
  • 26% pour la tranche de revenu comprise entre 32.289 et 34.233€
  • 28% pour la tranche de revenu comprise entre 34.233 et 36.177€
  • 30% pour la tranche de revenu comprise entre 36.177 et 38.121€
  • 32% pour la tranche de revenu comprise entre 38.121 et 40.065€
  • 34% pour la tranche de revenu comprise entre 40.065 et 42.009€
  • 36% pour la tranche de revenu comprise entre 42.009 et 43.953€
  • 38% pour la tranche de revenu comprise entre 43.953 et 45.897€
  • 39% pour la tranche de revenu comprise entre 45.897 et 100.002€
  • 40% pour la tranche de revenu comprise entre 100.002 et 150.000€
  • 41% pour la tranche de revenu comprise entre 150.000 et 200.004€
  • 42% pour la tranche de revenu dépassant 200.004€

Heureusement il existe des simulateurs, comme celui-ci. Ce simulateur nous donne un impôt sur le revenu de 25559€. Attention cela reste donc une estimation ! Il lui restera donc 48441€.

-> Les cotisations sociales et impôts lui auront coûté 51,56% de ce qu’il a facturé à ses clients.

Le Luxembourg est donc comparable à la Belgique, l’Allemagne ou la France. Par contre, le coût de la vie est vraiment plus cher qu’en France et c’est un petit état. Cela reste des estimations il y a certainement des optimisations possible au Luxembourg.

Tableau comparatif de l’étude

Je vous ai fait un petit tableau comparatif pour avoir une vision d’ensemble :

Comme vous pouvez le voir, le pays offrant la meilleure situation est le Portugal, d’assez loin je trouve. On retrouve ensuite l’Espagne et l’Irlande. Viennent ensuite la France, l’Italie et les Pays-Bas. Enfin la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne ferment la marche.

comparatif fiscalité charges sociales travailleur indépendant europe

Enseignements de l’étude : le freelance en France n’est pas le plus taxé

C’est le premier constat que je fais : en France, nous ne sommes pas si mal finalement. Certes il y a mieux. Comme on peut le voir, un freelance libre géographiquement, sans attache en France, pourrait partir vivre au Portugal, en Espagne ou en Irlande quelques années. Les économies faites au niveau fiscal subventionneront son train de vie (logement, voyages, sorties, visites, etc).

On remarque aussi que chaque pays a sa méthode en matière de cotisations sociales et d’imposition. Ce qui est un peu difficile, c’est qu’on peut penser que les cotisations sociales payent toutes les prestations sociales (sécurité sociale, retraite, etc) mais en réalité certains pays utilisent une partie de l’impôt sur le revenu pour ça. C’est donc très difficile pour un européen de comparer les différents pays.

Fait quand même intéressant, on remarque dans l’étude que seuls 2 pays ont une tranche d’imposition sur le revenu à 0% : la France et l’Allemagne. Cela dit, il faut nuancer ça en remarquant aussi que l’Allemagne et la France ont les cotisations sociales les plus élevées. Chaque pays fait sa propre sauce mais le résultat est souvent le même.

Pour l’expatriation, je pense qu’il faut voir ce qu’offre la pays derrière. On ne peut pas comparer seulement la fiscalité. Cette étude peut intéresser les freelances ayant un mode de vie de digital nomad : si vous vivez moins de 6 mois en France vous pouvez très bien résider fiscalement ailleurs qu’en France. L’étude donne juste une idée de ce que pourrait être votre situation, il faudra bien entendu vous renseigner auprès d’un expert comptable ou d’un avocat fiscaliste.

Disclaimer : attention, les calculs sont basés sur mes propres recherches, cela vous donne une idée, une estimation mais si vous envisagez de vous expatrier, faites-vous conseiller en contacter des experts comptables par exemple du pays visés. Il y a certainement des optimisations possible.

Guillaume Guersan
Passionné de nouvelles technologies et de Marketing Digital, j'ai créé ce blog dans le but de partager mes expériences et découvertes en matière de digital et acquisition de trafic ainsi que ma vie de freelance.
Partagez cet article
formation seo
Derniers articles
Les thématiques
10 Commentaires
  1. Dommage que les revenus pris en compte soient tellement élevés. J’ai l’impression que la situation décrite concernant le Portugal ne correspond pas à la réalité. Je crois qu’il faut reverser environ 50 % de ses revenus à l’état entre les cotisations sociales et l’impôt sur les revenus. De plus on facture la TVA aux clients à partir de 12 500€ de chiffre d’affaires par an il me semble (de mémoire) ce qui rend les tarifs moins compétitifs. J’envisage de quitter le Portugal à cause de toutes ces taxes. Mon activité risque de ne pas y être rentable car je facture trop peu (environ 1500€/mois). Malgré un coût de la vie raisonnable, le gouvernement est trop gourmand. Je vais vérifier tout cela avec un comptable !

    • Bonjour, alors si vous êtes étranger vous pouviez demandé le statut NHR et les charges sociales au Portugal sont plus intéressantes qu’en France à condition en effet de gagner un certain niveau de revenu.

    • Hello Adrien, j’y ai pensé. Pour la Suisse ce n’est pas dans l’UE, je trouve donc compliqué pour un freelance français de s’expatrier là-bas. Pour le Luxembourg, c’est un état particulier, assez petit, je me suis renseigné il n’y a pas un très grand intérêt financier et la vie est très chère là-bas, un peu comme en Suisse.

    • Hello Adrien, je viens d’ajouter le Luxembourg qui ne me semble pas être super exceptionnel (mais il existe sûrement des optimisations possible).

  2. Merci pour cet article intéressant, effectivement ce serait cool d’y ajouter Malte qui propose un système de taxes avantageux pour l’Europe. Plus les pays de l’EST, type pologne, bulgarie.

    • Hello Elisa, en effet j’ai oublié Malte, on en parle tellement que ça semble être un incontournable et il me semble important de l’ajouter au comparatif 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here