Google l’annonçait déjà depuis plusieurs semaines. Google l’a fait. La speed update (ou vitesse de chargement) a finalement vu le jour le 9 juillet 2018. Désormais, la vitesse de chargement sur mobiles devient un critère à part entière dans le positionnement des pages web. L’objectif : pénaliser les sites dont le chargement est particulièrement lent sur mobiles. Quelles sont les conséquences concrètes d’une telle nouveauté et à quoi doit-on s’attendre ? On fait le point.

Généralisation du speed update : qu’est-ce que cela signifie ?

En janvier 2018, Google avait indiqué que l’été serait marqué par le déploiement pour tous les utilisateurs mobiles d’un nouveau facteur de classement pour les recherches. A savoir la vitesse de chargement d’une page, ou speed update.

C’est désormais chose faite. Si l’on se réfère uniquement à l’annonce faite par la firme américaine, cela ne devrait affecter que les pages les plus lentes, donc un pourcentage infime de requêtes. Pas de quoi s’affoler donc. Cependant, il s’agit bien là d’une annonce importante puisque cette mise à jour est valable indépendamment de la technologie utilisée pour la conception des pages.

Concrètement, les sites dont le chargement sur mobile est très lent risqueront d’être moins bien référencés, et donc pénalisés par Google, peu importe leurs technologies.

Auparavant, ce bonus pour les sites à vitesse de chargement rapide ne concernait que les recherches sur ordinateurs. Désormais, cela concerne aussi les recherches sur mobiles.

Comment va se mettre en place ce Speed Update ?

Parallèlement à l’intégration dans l’Index Mobile First, cette nouveauté va s’installer progressivement. Il est à noter qu’en comparaison de l’impact de la speed update sur ordinateur, celle sur mobile devrait être plutôt sporadique et ne concerner que certaines requêtes et pages les plus lentes.

Cela devrait être sans risque pour la majorité d’entre nous, les contenus restant le critère principal des classements de Google. Néanmoins, si votre site est déjà peu optimisé, la speed update risquerait d’ajouter des difficultés pour votre référencement naturel.

Si vous avez un doute sur la vitesse de chargement de votre site sur mobile, il vous est toujours possible d’opérer de petites vérifications d’usage.

Rappelons ici qu’un site web doit idéalement mettre 3 secondes à s’afficher sur mobile.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous, parmi lesquelles l’utilisation de PageSpeed Insights, dont les données obtenues en temps réel correspondent au Rapport d’expérience utilisateur de Google Chrome, et de Lighthouse.

Sinon, vous pouvez également faire appel à un Freelance pour améliorer la vitesse de chargement de votre site internet. Vous pouvez également étudier la mise en place de AMP sur votre site.

Généralisation de la speed update par Google : le nouveau critère de classement sur mobile
5 (100%) 1 vote

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here