Ce qui me manque dans le salariat

-

Je rebondis sur le dernier épisode du Podcast la voix du freelance que nous avons enregistré avec mon ami Charles-Edward (je vous partagerai le lien plus bas). Je suis officiellement freelance depuis 2015, en temps partagé au début (salarié avant tout), je suis devenu 100% freelance en 2019, soit un peu plus de 4 ans après. La transition s’est donc faites doucement et j’ai bien entendu pu apprécier les nombreux avantages à être 100% freelance.

C’est globalement que du bonheur et cela fait maintenant 2 ans que je suis freelance à temps plein. Néanmoins, on s’installe vite dans une routine et il me semble important de se rappeler pourquoi on apprécie tant être freelance, car cela comporte quand même quelques défauts.

Je pense qu’il faut être franc, quand on devient freelance on a tendance à diaboliser le salariat alors qu’en vérité, certaines choses nous manqueront forcément. C’est donc le sujet de cet article.

Les avantages du salariat

Mine de rien, être salarié apporte pas mal d’avantages. Comme tout, on ne s’en rend compte qu’une fois qu’on l’a quitté.

- Formation -formation seo

J’ai donc décidé de lister quelques avantages du salariat :

  • la tranquillité administrative : pas besoin de créer de statut, de gérer les taxes et impôts, l’URSSAF, avec la sécurité sociale ça se passe bien, pas de comptabilité à faire, pas de factures et devis ;
  • la tranquillité financière : on peut gagner beaucoup plus en freelance mais en cas de période creuse, ça peut vite tourner au vinaigre. Une entreprise est quand même plus solide qu’un travailleur indépendant, on est sûr d’être payé et même en cas de fermeture de l’entreprise, on est très aidé notamment grâce à l’assurance chômage ;
  • on se concentre sur son travail : on dit souvent que salariat ne rime pas avec productivité. En effet, l’entreprise amène son lot de réunions et autres pauses café, néanmoins en freelance on doit prospecter, négocier, gérer l’administratif, etc … pas forcément des choses très intéressantes au final ;
  • l’esprit d’équipe : c’est une chose qu’on ne retrouve pas toujours en freelance, sauf si l’on travaille sur des gros projets. Cet esprit d’équipe qui fait qu’on est plusieurs à avancer dans le même sens, qu’on peut compter les uns sur les autres car on est tous dans le même bateau ;
  • l’aspect social : nous sommes nombreux en tant que freelances à travailler 100% à distance, depuis chez soi. Fini les pauses café avec les collègues pour partager les derniers potins ou parler de la dernière série à la mode. Pour lutter contre la solitude, il faut soit beaucoup plus voir ses amis (mais s’ils sont salariés c’est compliqué) soit aller dans des espaces de coworking … mais c’est une charge supplémentaire ;
  • des projets importants : nous sommes beaucoup de freelances à travailler sur des petites projets pour des petites structures. En entreprise, généralement, on travaille sur des gros projets, souvent ambitieux, challengeant, avec du budget. Cela nous permet d’améliorer nos compétences, de découvrir de nouveaux outils.

Et voilà, c’est une belle liste qui pourrait être complétée, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires de l’article.

Vous et moi n’aurions peut être pas la même liste, c’est évident. Mais je trouve que c’est un bon exercice que tout freelance devrait faire de temps en temps.

Personnellement, je n’ai été salarié que d’une seule entreprise (je ne compte pas les petits jobs étudiants) donc certaines choses qui auraient pu me manquer, je ne les ai pas vécues.

Prendre conscience et trouver des solutions

Quand on parle du freelance, on entend toujours le même son de cloche : « le freelance c’est génial ». Malheureusement c’est faux, il y a de bons et de mauvais moments.

Je suis persuadé que certaines personnes se lancent dans le freelance, au début c’est excitant mais au bout d’un moment, la routine s’installe et cela peut finir sur un long moment de déprime.

Il faut oser parler mais peu le font. Déjà à cause de l’isolement et j’imagine aussi que ce serait difficile de publier sur LinkedIn « je me suis lancé en freelance mais finalement je regrette ».

On pourrait en parler à ses proches, mais ils nous avaient prévenu « être indépendant c’est dur » … donc difficile de le reconnaître. Au final ces freelances re-postulent à des emplois et disent que cette expérience freelance fut riche en enseignement (*c’était nul*). Le freelance n’est pas fait pour tout le monde.

Néanmoins, tout n’est pas noir et il faut mettre les avantages dans la balance. Surtout, reconnaître ce qui nous manque peut nous permettre d’améliorer la situation. Il existe des solutions à tous les problèmes que j’ai listé :

  • l’administratif : il existe pas mal de contenus pour nous former à l’administratif et des outils pour automatiser pas mal de choses (Freebe, Indy, Comptalib, etc) ;
  • la tranquillité financière : on peut se protéger en ayant une bonne stratégie marketing : blog, plateformes, réseautage, recommandations ;
  • productivité : en optimisant son process commercial et en facilitant son administratif, on peut finalement se concentrer à 95% sur ses missions ;
  • l’esprit d’équipe et les projets importants : on peut travailler sur des gros projets en freelance, notamment grâce à certaines plateformes comme OFF-WORKS ;
  • l’aspect social : personnellement je travaille avec ma compagne, je ne suis donc jamais seul. J’ai également un chien et quelques amis freelances. Les espaces de coworking sont une solution intéressante et il existe également des communautés qui organisent des apéros web par exemple (en mode after-work) ;

Ici je partage mon expérience de freelance dans le marketing digital. Mais comme vous pouvez le voir, le tableau reste plus que positif, tous les problèmes ont leur solution.

Comme je le disais cet exercice est important. On peut parfois se sentir blasé dans sa routine sans vraiment savoir pourquoi. Prendre conscience des défauts de sa situation nous permet de la voir sous un autre jour, en se demandant « comment puis-je améliorer ceci ou cela ? ».

Vais-je rester freelance toute ma vie ?

En voilà une question très importante : se lancer en freelance n’est pas forcément une décision définitive. Cela ne peut être qu’un passage.

Personnellement, je n’ai aucun souci avec le salariat, je me vois bien revenir dans quelques années dans une entreprise et pourquoi pas avoir quelques responsabilités. Je ne dis pas que c’est mon plan de carrière mais je ne ferme pas la porte.

Malgré tout, pour le moment, j’aime beaucoup trop ma vie, ma tranquillité et tout ce que me permet de faire le freelancing : voyage, repos, détente, sport, amis, gagner ma vie correctement, avoir de la reconnaissance, etc.

Mais je dis pourquoi pas, quand j’aurais des enfants par exemple : les voyages seront plus compliqués. Même si au début, être présent peut être une belle expérience … c’est à voir. Le tout est de ne fermer la porte à aucune opportunité non plus.

Cet article est déjà plus long que ce que j’avais prévu, je vous propose donc d’écouter l’épisode du podcast de La voix du freelance que nous avons publié ce mois ci avec Charles-Edward : Point sur l’été 2021, découverte de Storyblocks et Envato Elements. Pourquoi rester freelance ?

Et surtout n’hésitez pas à partager ce qui vous manque dans le salariat dans les commentaires 🙂

Guillaume Guersan
Passionné de nouvelles technologies et de Marketing Digital, j'ai créé ce blog dans le but de partager mes expériences et découvertes en matière de digital et acquisition de trafic ainsi que ma vie de freelance.

Partagez cet article

formation seo

Derniers articles

Les thématiques

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here