Je le constate depuis que je me suis lancé : le syndrome de l’imposteur touche de nombreux freelances. Ce n’est pas étonnant : faire le choix de devenir indépendant soulève certaines questions sur soi et ses compétences. J’ai donc décidé d’en faire un article.

Vous doutez de vous-même et avez des difficultés à vous sentir légitime dans votre activité de freelance ? C’est normal, surtout au démarrage d’une nouvelle vie professionnelle. Découvrez la définition exacte du syndrome de l’imposteur et quelques idées pour le combattre !

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur du freelance ?

Le syndrome de l’imposteur est le sentiment d’illégitimité à s’accomplir dans sa vie professionnelle voire privée. Concrètement, les personnes touchées par ce mal ont tendance à attribuer leurs réussites à un travail acharné, des éléments extérieurs, des circonstances particulières ou encore des relations. Parmi les personnes atteintes, on retrouve des freelances, notamment autodidactes. En effet, dans notre société actuelle, apprendre sur le tas ou se former par soi-même n’est pas systématiquement reconnu. Se sentir légitime d’exercer son activité d’indépendant devient alors un vrai combat du quotidien. Difficultés à s’imposer face au client, prix revus à la baisse, horaires de travail non comptées, refus de missions par peur de mal faire (etc) sont des exemples de manifestation du syndrome de l’imposteur dans la vie d’un freelance.

Comment lutter contre le syndrome quand on est freelance ?

Prenez davantage confiance en vous

Pour combattre le syndrome de l’imposteur, le plus important est de travailler sa confiance en soi. Commencez par vous poser quelques questions essentielles ! Quels sont vos talents ? Pourquoi avez-vous choisi ce métier ? Que pouvez-vous apporter de plus que vos concurrents ? Vous avez forcément des compétences et des qualités qui vous différencient positivement des autres, et c’est là-dessus que vous devez vous concentrer ! Ayez conscience de votre valeur ajoutée en tant que freelance. Il y a des tâches qui vous plaisent mieux, que vous accomplissez avec brio ? Faites-en le plus possible. En effet, plus on maîtrise quelque chose, moins les doutes s’immiscent et donc, mieux vous vous vendez. Mais ce n’est pas le seul moyen de booster sa confiance en soi. Songez également aux activités extra-professionnelles. S’occuper de ses passions, faire du sport ou encore entretenir ses relations permet de positiver et d’aller de l’avant quand on doute un peu trop de ses capacités.

Pensez à toutes vos réussites passées

Dans les moments où vous doutez de vos compétences, pensez à vos succès professionnels passés ! Si vous avez su satisfaire des clients ou des employeurs jadis, il y a fort à parier que cela arrivera encore. Alors, pensez-y aussi souvent que le syndrome de l’imposteur se manifestera à vous. Si vous n’arrivez pas à vous concentrer sur vos réussites professionnelles, songez à votre vie privée. La vie n’est pas faite que de succès harsardeux et d’échecs. Se rémémorer régulièrement ses victoires est un excellent moyen d’en créer de nouvelles. En effet, cela contribue à booster votre confiance en vous. Vous vous inscrivez alors dans un cercle vertueux.

Demandez des avis à vos clients

Comme on l’a vu, vous connaissez probablement des personnes qui ont été enchantées de travailler avec vous. En tant que freelance, certains clients vous ont peut-être déjà félicité pour la qualité de votre travail, d’autres ont simplement continué à faire appel à vos services ou vous ont même recommandé. En voilà de belles preuves de réussite professionelle ! Il arrive aussi que vos clients apprécient votre qualité de service, votre implication et votre personnalité sans jamais rien vous dire… partant du principe qu’il est normal d’être un bon prestataire. Pourtant, vous communiquer leur reconnaissance est ce qui vous aidera à lutter contre le syndrome de l’imposteur. N’hésitez donc pas à réclamer des avis à vos clients, vos partenaires, vos anciens collègues ou employeurs. Vous serez surpris par ce qu’ils pourront dire de vous ! Attention cependant à ne pas attendre absolument la validation des autres pour avancer dans votre activité d’indépendant. Apprenez à être sûr de vous et de vos compétences, grâce à tous les éléments dont vous disposez déjà.

Arrêtez d’être trop perfectionniste

Le saviez-vous ? Le syndrome de l’imposteur se nourrit en partie de perfectionnisme. Le problème, c’est qu’à force de vouloir faire les choses parfaitement, vous ne vous occupez pas de l’essentiel. Gérer une entreprise ou une micro-entreprise n’est pas un sprint, c’est un marathon. Ne vous attardez donc pas sur les détails au risque de voir votre énergie partir au mauvais endroit. Au lieu de ça, gardez-la pour développer votre business. L’autre souci du freelance perfectionniste, c’est la quête absolue de reconnaissance. En effet, plus vous vous impliquerez et donnerez au client, plus vous attendrez son approbation sur votre travail. Une règle simple : faites toujours de votre mieux, dans une certaine limite. Ne vous rendez jamais malade, ne travaillez pas au délà de ce que vous êtes sensé faire dans vos contrats.

Ne vous bradez plus

Le syndrome de l’imposteur empêche souvent de fixer le juste tarif sur ses prestations. Et c’est un vrai problème : non seulement cela nuit à votre rentabilité et votre confiance en vous, mais cela ne donne pas non plus une bonne indication sur votre qualité de service ! De plus, casser un marché en mettant des prix trop bas n’est jamais une bonne idée. Cela force tout le monde à revoir ses tarifs, pour entrer en concurrence. Fixez un tarif journalier ou au forfait correspondant à ce qui se fait dans votre domaine d’activité et à ce que vous valez vraiment… Votre travail à une vraie valeur et votre profession aussi.

Acceptez d’échouer pour avancer

Vous avez peur d’échouer ? Mauvaise nouvelle : ce n’est pas parce que vous craindrez l’échec qu’il n’arrivera pas ! Vous avez certainement connu des échecs, et en connaitrez encore. Cela fait partie de votre vie de freelance. Un client mécontent, une erreur, un chiffre d’affaires trop faible… ? Est-ce vraiment suffisant pour tout remettre en question et laisser le syndrome de l’imposteur vous envahir ? Non. Le plus important est de continuer à apprendre de ses erreurs et de connaître ses failles. Les grand entrepreneurs de ce monde ont échoué un jour… ce qui ne les as pas empêché d’arriver à leurs fins, au contraire. N’ayez pas peur d’échouer : de toute façon, vos échecs vous seront toujours bénéfiques !

Vous savez maintenant comment éviter ou vous sortir du syndrome de l’imposteur. Ne vous inquiétez pas : il est très fréquent au démarrage de sa vie de freelance. Laissez-vous du temps, appliquez ces petits conseils et vous verrez que vous aurez rapidement confiance en vous et vos compétences.

Et vous, avez-vous déjà été confronté au syndrome de l’imposteur ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here