Salut à tous ! Petit billet d’humeur aujourd’hui, dans le cadre de ce confinement mondial. Je me demande comment de votre côté vous le gérez ? Pour les salariés, c’est déroutant. Peu habitués à travailler en télétravail à temps plein, beaucoup procrastinent. Du coup, beaucoup d’entreprises passent en chômage partiel. J’en constate de plus en plus autour de moi. Comment faire face au confinement quand on est freelance ?

Missions et niveau de vie

Pour les freelances, la situation n’est pas la même. Deux cas de figures :

Si t’es un freelance travaillant exclusivement à distance avec plusieurs clients et que tu ne travaillais pas avec des clients venant d’un secteur directement touché par les fermetures administratives, ça ne doit pas être trop terrible.

Si t’es un freelance qui ne faisait que des missions longues, en régie, donc chez le client, tu tombes à 0. Sauf si tes clients sont sympas bien sûr, et si ton contrat te protégeait mais c’est rarement le cas. Si t’es dans cette situatio, bon courage à toi.

Il y a quand même une forme d’inégalité entre les salariés et les freelances. Les salariés ont droit au chômage partiel, donc une garantie de revenu. C’est dans ces moments là qu’on se dit qu’un CDI, c’est plutôt pas mal et on a la chance en France d’être bien protégé quand on est salarié. Par contre pour les freelances, c’est tout l’inverse. Le peu d’aide proposée par l’état va faire énormément de mal à beaucoup de freelances venant de se lancer. Et c’est bien dommage.

Personnellement je suis dans la 2nde catégorie de freelances : je travaille 100% à distance et pour plusieurs clients. J’ai un client qui a été touché directement par les fermetures administratives, donc ça a stoppé une mission. J’ai d’autres clients qui ont baissé le volume de travail, donc je vais un peu moins les facturer.

Au mois de mars, j’ai facturé pas mal de missions de février donc mon CA n’a pas été impacté. Je m’étais dit qu’à contrario, le mois d’avril allait certainement être compliqué.

Mais au final, j’ai d’autres projets qui sont arrivés sur la table. Des clients souhaitent profiter de cette période de calme pour se concentrer sur des projets marketing. Donc ce confinement, d’un point de vu revenu, je vais au moins limiter la casse, voire même conserver mon revenu. Je me sens bien entendu très chanceux.

Nous ferons tous les comptes lorsque cette tempête sera passée, mais je pense dores et déjà que celles et ceux qui ont fait le choix de ne pas mettre tous leurs oeufs dans le même papier et privilégier le remote vivront mieux cette période.

Mode de vie d’un ours en hibernation

Oui car il n’y a pas que le travail non plus. Quand on est freelance et qu’on travaille de chez soi, on est plutôt habitué à être beaucoup chez soi. Certains s’y font, d’autres non. Ceux qui n’aiment pas peuvent aller en espace de coworking ou justement privilégier les missions chez le client.

Personnellement, je suis plutôt casanier et je n’ai aucun problème à rester chez moi toute une journée. Néanmoins j’aime m’aérer et c’est vrai que là, on a du mal à respirer. Bosse de chez soi peut avoir cet effet pervers d’assimiler son chez soi au travail. C’est plus pesant pour certains que pour d’autres. Mais ne pas pouvoir aller au restaurant, en bar avec des amis, faire du vélo ou se balader alors qu’il fait beau et qu’on est à 15 min de la côte, c’est un peu dur. Si c’est difficile pour moi, je n’imagine même pas à quel point c’est dur pour celles et ceux qui aiment encore plus sortir que moi.

Malgré le fait que j’ai pas mal de travail, j’ai moins de motivation qu’avant. C’est difficile à expliquer car c’est psychologique. Le pays tout entier est arrêté, beaucoup de personnes ne travaillent plus ou bien sont en chômage partiel / télétravail donc ne font pas grand chose non plus de leurs journées. J’ai un peu envie de participer à cette mode du netflix & chill sauf que moi je n’ai pas d’excuse. Heureusement je vois cette période comme un défi donc j’ai maintenu des horaires correctes.

J’en profite aussi pour faire un peu plus de sport car je n’ai pas envie de ressembler à un marshmallow quand l’été arrivera et qu’on aura enfin tous le droit de sortir.

Je profite également de ce confinement pour mieux structurer mon activité, puisqu’aujourd’hui je travaille en équipe, nous sommes 2 donc cela nécessite une organisation différente. Je développe aussi mes side-projects : formation en ligne et blogging, d’où cet article 🙂

Je passe aussi un peu de temps (à distance) avec mon ami Freelance Charles-Edward, avec qui j’ai lancé le podcast La voix du freelance que vous pouvez aller écouter d’ailleurs. Avec Charles-Edward on est amis depuis longtemps et on partage nos anecdotes sur nos pires clients (et nos meilleurs aussi mais c’est moins marrant).

Et vous, comment gérez-vous ce confinement ? A t-il bouleversé vos habitudes ?

5 Commentaires

  1. Plutôt compliqué ce confinement. Je bosse comme toi 100% à distance. Le confinement a fait baisser mon activité du coup j’ai l’impression d’être en vacance mais sans l’être totalement. Très bizarre comme situation. En tous cas, c’est l’opportunité de s’attaquer aux actions qu’on a jamais le temps de faire en temps normal 🙂

    • Oui : se former, améliorer son site, ses process, etc. Pas simple d’être en vacances MAIS confiné, faut essayer d’en profiter quand même pour développer son activité.

  2. Bonjour Guillaume et merci pour ce témoignage. J’ai pu également sauver une partie d’activité (comme toi je n’avais pas mis tous mes oeufs dans le même panier et j’avais 2 activités et l’une d’entre elles m’a donné du travail).
    Je pense comme toi qu’il faut, même si l’activité diminue, rester présents à l’activité car ça va bien finir par reprendre et cela permet de garder la dynamique de l’action (même si je rêve de ranger mes placards et regarder Netflix, mais je préfère pour l’instant tout faire pour rester présente à mon activité car cela reste fragile). Cela fait partie de notre mode de vie de free lance… autonomes !
    Bon courage et à bientôt
    Ahlem (Montpellier)

    • Hello Ahlem, merci pour ton retour d’expérience 🙂 Effectivement je rêve aussi de mater Netflix mais en même temps, je pense que ça me déprimerait vite.

  3. Çà fait plaisir de voir qu’on est pas les seuls ! Merci pour ce témoignage ! Perso j’en ai surtout profiter pour améliorer mon site, booster ma présence sur le web, les réseaux sociaux… (et finalement je me suis retrouvée avec presque encore plus de boulot que d’habitude)
    J’en ai profiter pour trouver des objectifs médias sociaux avec l’aide de plusieurs articles : https://www.social-media-for-you.com/5-objectifs-medias-sociaux-a-fixer-pour-votre-entreprise/ ou encore des sites spécialisés CM et SEO, pleins d’astuces à piquer le temps de remonter la pente!

    Faut voir une opportunité partout même dans le confinement… encore un peu de courage, on voit presque le bout!

    A très bientôt !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here