Vous le savez, virtualiser l’ensemble de son parc informatique apporte beaucoup d’avantages, notamment d’un point de vu sécurité. En effet si l’on fait le choix de VM de type Read-Only, celles-ci repartiront chaque matin de l’image de votre Master. Comme neuves donc, non polluées par les éventuels virus ou malwares qui se seraient installés la veille. Si l’on peut se passer d’un anti-virus, il est parfois indispensable d’en avoir un d’installer sur ses machines dans certaines organisations aux données sensibles.

Voici quelques règles à respecter dans la mise en place d’un antivirus sur des VM de type Read-Only :

  • Installer le client sur le master et effectuer un scan complet de celui-ci (ainsi, les VM partiront d’une machine saine).

Au niveau de la stratégie/configuration de l’antivirus :

  • Pas de scan des secteurs de Boot.
  • Pas de scan des lecteurs connu de la VM (a:,c:,d: etc. Selon la solution) car ils viennent d’être analysés et reconnus comme sains lors du scan du Master.
  • Limiter les scanx aux lecteurs amovibles ainsi que les fichiers téléchargés via internet (qui pourraient potentiellement contenir un malware)
  • Pas d’analyse/scan planifié.
  • Pas de mise à jour automatique ou programmée de l’antivirus. En effet cela fera beaucoup d’écriture inutilement.

Il faudra être très rigoureux dans la gestion de ses Masters et mettre à jour la base virale de l’antivirus régulièrement pour assurer une bonne protection des VM et donc des données traitées sur celles-ci.

Il est pertinent de garder une version du Master sans antivirus et une avec antivirus, un antivirus mal configuré pouvant stopper la production, cela vous permettra de rapidement remettre en route votre parc en attendant de trouver la bonne configuration.

Cela vous permettra également de faire le test suivant : créer une VM de chaque (une avec antivirus, l’autre sans) et de comparer le taux d’écriture de chacune d’elle afin de vérifier le bon paramétrage de l’antivirus, s’il est bien configuré, la VM avec antivirus ne doit pas avoir un taux d’écriture supérieur à celle sans (sauf si l’on plug une clé USB ou téléchargeons un fichier depuis internet).

Voilà, vous avez maintenant toutes les cartes en main pour protéger votre parc de VM Read-Only 🙂 !

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Évaluez cet article !

Note / 5. Nombre de vote(s) :

Puisque vous avez trouvé cet article utile ...

Ne ratez pas les prochains, restez informé !

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile !

Améliorons-le ensemble 🙂 !

Passionné de nouvelles technologies et de Webmarketing, j'ai créé ce blog dans le but de partager mes expériences, découvertes et quelques astuces. J'ai 2 activités : Responsable du Marketing Digital pour un éditeur de solutions informatiques et je suis consultant Freelance en Webmarketing (SEO, SEA, SMM, Inbound Marketing, WordPress).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here