Pourquoi j’ai décidé de quitter le salariat ?

-

Cela fait maintenant environ 2 ans que j’ai définitivement quitté le salariat pour la vie de freelance. Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, j’avais démarré mon activité freelance en 2015, en parallèle de mon activité salarié, d’une part pour arrondir mes fins de mois mais aussi pour élargir mes compétences. C’est donc entre fin 2018 et début 2019 que j’ai définitivement quitté le salariat. Ces derniers temps j’y pense beaucoup et je dresse un bilan dans cet article sur ce qui m’a motivé à quitter le salariat.

Être récompensé à sa juste valeur

C’était une de mes plus grosses frustrations en tant que salarié. On ne va pas se mentir, on travaille pour de l’argent. Cet argent nous sert ensuite à acquérir une maison, partir en vacances, préparer nos vieux jours, etc. Qu’on soit salarié ou freelance, peu importe, on échange du temps contre de l’argent. Cet argent nous servira ensuite à améliorer notre temps (hors travail) ou a en gagner : on pourra par exemple partir en vacances plus longtemps, partir en retraite plus tôt, etc.

Le problème quand on est salarié et c’est vrai dans beaucoup d’entreprises, c’est que généralement on suit ce schéma : au début on doit faire ses preuves, donc notre rémunération, quand on est jeune, n’est pas forcément à la hauteur de nos compétences. Mais ça, notre employeur ne peut pas le deviner. Du coup, pendant un an on va tout donner, pour espérer en fin d’année une prime et/ou une revalorisation salariale. Sauf qu’à chaque fois, c’est des négociations, car l’employeur lui son but n’est pas de vous payer le plus possible, c’est simplement de vous donner juste ce qu’il faut pour que vous ne partiez pas.

Et finalement le plus gros problème là-dedans c’est le manque d’instantanéité : vous devez bosser un an pour espérer être récompensé. En freelance, les mois on l’on charbonne ça se ressent immédiatement sur notre rémunération et au contraire les mois où l’on veut se la couler douce (l’été par exemple) on gagne beaucoup moins. C’est moins de sécurité mais c’est aussi plus de justice.

Bien sûr, ce n’est pas une critique envers le salariat, ça ne pourrait pas vraiment fonctionner autrement.

Être maître de son temps

C’était ma seconde plus grosse frustration : le temps. Qu’on soit clair : nous ne sommes pas tous égaux dans une entreprise. Nous sommes complémentaires mais pas égaux. Certains préfèrent bosser tranquillement, prendre leur temps, car de toute façon ils doivent faire leurs 39h par semaine. D’autres sont des acharnés de travail et peuvent produire en 4h ce que d’autres font en 8h.

Dans ce cas pourquoi les salariés les plus productifs ne pourraient pas partir à 15h du bureau sans rougir ? Car ce serait mal vu. Le présentéisme a encore de beaux jours devant lui.

Je ne critique pas les personnes prenant leur temps ou qui vont surfer sur Facebook ou sur Amazon entre deux emails. Chacun doit travailler à son rythme et chacun apporte de toute façon quelque chose à l’entreprise. Mais on devrait avoir le choix : si je préfère partir plus tôt du bureau en travaillant 2x plus que les autres, je devrais pouvoir le faire sans qu’il y ait des remarques ou des chuchotements.

Malheureusement c’est difficile de changer les mentalités. Je me souviens lors de mes derniers mois de salarié, je partais à 16h30 et généralement la majorité de mes collègues partaient vers 17h.

17h c’est l’horaire le plus tôt auquel on peut partir sans être considéré comme un feignant (et encore, c’est limite, faut arriver tôt pour mériter ça). Ce dont je me suis rendu compte c’est ce petit jeu du bureau : je ne veux pas être le premier à partir. Si je pars en 2nd, ça va, untel est parti avant moi. Ce que j’ai constaté c’est que si je partais à 16h30 beaucoup suivaient derrière, par contre, si personne ne part avant 17h30, généralement les gens attendent, vont sur Facebook, font leurs courses en ligne, etc.

C’est un peu idiot car je préfère rentrer chez moi et me détendre que d’occuper inutilement mon temps au bureau.

En freelance, il m’arrive d’avoir des périodes chargées même si ça devient de plus en plus rare car j’ai tout fait pour éviter ça. Il n’est pas rare qu’à 15h30 je puisse arrêter de travailler : je vais en ville, ou en tant que bon geek j’allume la console.

Être maître de son espace

Voilà la 3ème raison qui m’a fait quitter le salariat : la liberté d’espace. Se rendre tous les jours au même endroit et voir les mêmes personnes n’est pas fait pour tout le monde. J’habite en Normandie, c’est une très belle région mais disons qu’il fait souvent … gris ! En même temps, je travaille depuis un PC. Finalement pour exercer mon travail (marketing) il me suffit d’avoir un ordinateur et une connexion internet.

Mon ordinateur ne fonctionne t-il qu’au bureau ? Non. Internet n’est-il présent qu’au bureau ? Non. Vais-je moins travailler car je ne suis pas au bureau ? Non.

A partir de là, on peut se mettre à rêver d’aller au soleil pour travailler. On peut aussi rêver plus modestement de travailler de chez soi et d’éviter ainsi les transports. On peut aussi rêver d’aller travailler dans un espace de coworking pour rencontrer de nouvelles personnes.

Bref, le télétravail quoi. Sauf qu’avant la crise du COVID, le télétravail avait du mal à percer et j’ai même peur que le COVID en dégoutent beaucoup. C’est dommage car le télétravail, lorsqu’il est un choix, offre de très nombreux avantages.

Mon entreprise n’avait pas suffisamment confiance en moi pour m’accorder plus d’un jour par semaine de télétravail. Impossible donc de voyager, or c’était ce à quoi j’aspirais.

Guillaume Guersan
Passionné de nouvelles technologies et de Marketing Digital, j'ai créé ce blog dans le but de partager mes expériences et découvertes en matière de digital et acquisition de trafic ainsi que ma vie de freelance.

Partagez cet article

Derniers articles

Comment optimiser le SEO de son site WordPress ?

Dans mon travail de webmarketer, j'aime 2 choses : le SEO et WordPress. Depuis quelques années je me spécialise vraiment en SEO...

Comment réussir son site quand on est freelance ?

Si vous me suivez vous savez que je suis un grand fan des plateformes freelances. J'y trouve de nombreuses missions et elles...

Doit-on réclamer l’email de ses visiteurs en échange d’un livre blanc ?

En ce moment je réfléchis beaucoup à mes stratégies d'Inbound Marketing. Si vous me connaissez vous savez que je suis un fan...

MailerLite pour gérer sa newsletter et ses campagnes e-mail

Aujourd'hui j'ai envie de vous parler d'un outil d'emailing. Je le fais rarement car je ne suis pas un expert de l'emailing....

Pourquoi j’ai décidé de quitter le salariat ?

Cela fait maintenant environ 2 ans que j'ai définitivement quitté le salariat pour la vie de freelance. Pour celles et ceux qui...

Devenir rédacteur web freelance : les compétences pour en vivre

Bonne année à toutes et à tous ! Cela fait un petit mois que je n'ai écrit aucun article mais je démarre...

Facebook Ads : comment créer une pub qui convertit ?

Créer des publicités avec Facebook est devenu incontournable en matière de marketing digital. On aurait même tort de s’en priver : que vous...

Organisez des salons en ligne avec Plezi

Vous cherchez un moyen de fournir des leads à vos commerciaux pendant cette crise ? Et si vous organisiez un salon pendant...

Les thématiques

Comment réussir son site quand on est freelance ?

Si vous me suivez vous savez que je suis un grand fan des plateformes freelances. J'y trouve de nombreuses missions et elles...

Devenir rédacteur web freelance : les compétences pour en vivre

Bonne année à toutes et à tous ! Cela fait un petit mois que je n'ai écrit aucun article mais je démarre...

Fiverr pour développer ses revenus freelance

La vie d'un freelance n'est pas linéaire, il y a des hauts et des bas. Un mois on cartonne son CA, le...

6 Commentaires

  1. Hello Guillaume,
    Quel plaisir de lire un article que j’aurai pu écrire ! Je suis freelance depuis près de 5 ans et je partage totalement ton avis sur le présentéisme ! J’ai toujours dit autour de moi qu’après 5H de travail effectif et productif, je n’étais plus capable de continuer. En général, c’est assez peu compris et souvent mal perçu. Comme tu le dis justement, chacun son rythme. Donc juste pour ça déjà merci !

    J’ajouterai aussi qu’être freelance c’est être indépendant ! C’est s’apporter soi-même un revenu, d’aller le chercher auprès des entreprises. Et quelle fierté je trouve 🙂

    Bonne continuation à toi,

  2. Bonjour Guillaume et merci pour ce bel article !

    Je reprends le commentaire de Léa: j’aurais pu tout aussi bien l’écrire également ! Je démarre mon activité de freelance et les premiers jours en télétravail en étant mon propre patron … Quelle aventure ! Je ne regrette absolument pas les horaires fixes, les ragots de couloir, la compétition, la curiosité et les questions beaucoup trop intimes sur la vie privée … J’ai pourtant intégré plusieurs entreprises où tout s’est très bien passé, mais sans jamais y trouver réellement ma place, toujours gênée par un je-ne-sais-quoi.

    La crise sanitaire est un fléau mais personnellement, elle m’aura permis de me lancer en tant qu’indépendante en me donnant confiance sur la possibilité de travailler de chez soi, sans zone géographique définie, avec la satisfaction de travailler pour soi 🙂

    Bonne continuation !

    Christelle

  3. Bonjour,
    J’apprécie fortement ton site. Et en plus j’apprends dans cette article qu’on est dans la même ville :). Je suis en train de me préparer a 3000% en naviguant sur le net pour lancer ma micro entreprise et ton site est salvateur au niveau explication pour la fiscalité.

    Merci énormément !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here